Historique

Dans le cadre de la réforme territoriale, les syndicats d’assainissement du SMAROV et du SIAVRM ont fusionné pour ne former plus qu’une seule entité nommée HYDREAULYS, effective depuis le 26/05/2016.

Les deux paragraphes suivants rappelle l’historique des deux syndicats historiques à la base de cette fusion : le SMAROV et le SIAVRM.


1/ Historique du syndicat du bassin versant ouest d’Hydreaulys - ex SMAROV


Infrastructures

Le système d’assainissement sur le territoire du SMAROV repose sur des infrastructures très anciennes mais également très prestigieuses. C’est en effet à la construction château de Versailles et de ses dépendances que le réseau d’assainissement doit son existence. Les deux collecteurs principaux (Versailles utilitaires Nord et Sud), établis à travers le parc de Versailles, datent du XVIIe et du XVIIIe siècle (égouts Saint-Louis et égouts Notre-Dame). Tous deux convergent vers le Carré de Réunion, un vaste bassin de décantation avant de rejoindre le ru de Gally. Vers 1740 ce bassin servait de lieu de rassemblement des eaux usées et de décharge des bassins du château. C’est là que plus de deux cents ans plus tard va se construire la station d’épuration du Carré de Réunion.

Les développements urbains successifs ont nécessité des évolutions constantes dont le but était de respecter les objectifs de qualité du ru de Gally, et de la Mauldre dont il est l’affluent. L’augmentation continuelle de la charge a nécessité des transformations de la station d’épuration qui traite aujourd’hui les eaux usées de 250 000 habitants. Une extension de la STEP sur la rive gauche du ru de Gally devrait permettre de traiter les effluents de 350 000 habitants.

Le réseau

  • 41 kms de réseaux, dont plus de la moitié de réseaux séparatifs, destinés au transport des effluents,
  • 40 972 m de réseau décomposés en :
  • 15 978 ml de réseau unitaire (UN) ;
  • 18 631 ml de réseau séparatif d’eaux usées (EU) ;
  •  6 363 ml de réseau séparatif d’eaux pluviales (EP) :
 - 2 postes de relèvement/refoulement : poste des "IV Pavés du Roy", poste de "Saint-Cyr"
- 8 déversoirs d'orage dont 3 en tête de station,
- 2 bassins de retenue alimentée par le ru de Gally : bassin dit "de Rennemoulin" et bassin dit "de Bailly".

Station d’épuration du Carré de Réunion

© Graphies-theque - fotolia.com

© Graphies-theque - fotolia.com

La STEP du Carré de Réunion a une capacité de traitement de 250 000 équivalent habitants. Elle est implantée sur la commune de Bailly, à l'extrémité ouest du parc du château de Versailles et sur la rive droite du ru de Gally. La station traite 3000 m3 d'effluents par temps sec et jusqu'à 6000 m3 sont admissibles par temps de pluie. Réhabilitée entre 1990 et 1997, un traitement des boues par chaulage a été mis en service en 1997.

  • 1947-1951 : Construction de la première station d'épuration au lieu dit « Carré de Réunion » à Bailly
  • 1964 -1965 : Extension de la station d'épuration portant la capacité de traitement de 64 000 à 100 000 équivalents-habitants
  • 1988 : Extension de la station pour traiter les effluents d'environ 150 000 habitants
  • 1993 : Nouvelle extension pour traiter une partie des effluents du temps de pluie représentant en pointe l'équivalent de 250 000 habitants
  • 1997 : Construction de l'unité de chaulage des boues
  • 2002 - 2003 : Couverture et désodorisation du traitement primaire
  • 2007 : Travaux de réhabilitation du digesteur primaire n°1 (réceptionnés au 1er trimestre 2008) (DP1)
  • 2008 : Travaux de réhabilitation du gazomètre
  • 2008 : Mise en place du traitement provisoire du phosphore
  • 2010 : Mise en fonctionnement de l'installation d'injection d'oxygène liquide
  • 2010 : Mise en fonctionnement de l'injection de glycérol
  • 2010 : Mise en fonctionnement du traitement des retours en tête
  • 2010 : Mise en fonctionnement d'un tamis sur les boues primaires
  • 2010 : Mise en fonctionnement des turbines immergées OKI en remplacement des diffuseurs fines bulles
  • 2011 : Mise en place d'une centrifugeuse mobile pour la déshydratation des boues biologiques

2/ Historique du syndicat du bassin versant est d’Hydreaulys - Ex SIAVRM

Evolutions statutaires

Initialement le SIAVRM n'avait qu'une vocation d'études d'aménagement. A compter du 17 mai 1929, ses compétences statutaires ont été élargies à l'exécution des travaux d'assainissement de la Vallée du Ru de Marivel, ainsi qu'à l'entretien et l'exploitation ultérieurs des ouvrages établis.

A l'origine seules six communes étaient membres du SIAVRM : Chaville, Sèvres, Vélizy Villacoublay, Versailles, Ville d'Avray, Viroflay. L'adhésion de la commune de Marnes la Coquette a été autorisée par arrêté Préfectoral le 5 mars 1953.

Le 5 mars 1953, à l'occasion de la révision statutaire précitée, les compétences du SIAVRM ont été précisées et élargies. Le SIAVRM se voit alors confier « l'étude de projets à caractère régional ou général intéressant l'assainissement du bassin versant du ru de Marivel en ce qui concerne l'évacuation des flots d'orage pour éviter les inondations des points bas, et l'évacuation des eaux
usées pour réaliser le tout à l'égout ».

En 2005 le SIAVRM a entériné le transfert de la compétence assainissement des communes de Chaville et Ville d'Avray à la communauté d'agglomération Arc de Seine: il est de ce fait devenu un syndicat intercommunal.

En 2006 le SIAVRM a également entériné le transfert de la compétence assainissement de la commune de Sèvres à la communauté d'agglomération Val de Seine.

En 2010, les 2 structures ont fusionnées pour devenir la Communauté d’Agglomération Paris Seine Ouest (GPSO).

Plan du site Rechercher Imprimer Envoyer à un(e) ami(e) Mentions légales Contact